samedi 28 février 2015

BIBLIOGRAPHIE N° 36 : ARMANDO & MARIANGELA CECCONI : I CAVATAPPI: STORIA, BREVETTI, ARTIGIANATO, CURIOSITÀ DAL XVII SECOLO A OGGI



Amis hélixophiles, bonsoir !


J'ai déjà dit ici le bien que je pensais des collectionneurs italiens en général et d'Armando Cecconi en particulier. 
Il me faut le redire aujourd'hui !

J'ai vu sur Ebay, mais trop tard, un catalogue d'exposition signé d'Armando et Mariangela Cecconi :




Le livre était décrit comme suit :

"LIBRO I CAVATAPPI, STORIA, BREVETTI, ARTIGIANATO, CURIOSITA' DAL 17 SECOLO AD OGGI.CATALOGO A CURA DI ARMANDO E MARIANGELA CECCONI.
48  PAGINE  ANNO 2012"

Je me suis dit que je pourrais peut-être l'acheter directement aux auteurs : nos amis Armando et Mariangela ?
Je les ai donc sollicités, mais impossible de payer : Armando m'a m'offert le catalogue, objet de cet article.


Voici un extrait de son courrier :
"Cher Marc,
Heureux de lire ton gentil e-mail.
A mars 2012 j’ai fait une exposition de tire-bouchons à la bibliothèque du Conseil de la « Regione Piemonte », à Turin.
Le lieu est très important et prestigieux ; l’exposition, en effet, n’a pas été trop importante parce que je n’ai pas exposé mes pièces meilleures mais surtout les pièces plus intéressantes et plus agréables pour un public normal: donc le chien, le chat, l’ "Eclipse", la jeune femme du cancan bien sûr, etc.
En cette occasion la Bibliothèque a publié le Catalogue de l’exposition ; c’est ça que tu a vu sur Ebay : c'est bien curieux : le catalogue était gratis, mais quelqu’un en a pris beaucoup et depuis il les vend : j’ai appris que on peut le trouver aux marchés aux puces, maintenant tu l’a vu sur Ebay (la créativité !!).
Enfin, le catalogue est une très petite chose, mais je te l’enverrai avec plaisir comme un petit souvenir de moi et de Turin.
(...)
Ci-joint quelques photos et autres documents.
Très amicalement.
Armando."

Le catalogue est arrivé : vous trouverez ci-après ma fiche bibliographique que je lui consacre.
L'ouvrage rend compte de l'exposition de tire-bouchons réalisée et présentée par Armando et Mariangela Cecconi à la Biblioteca della Regione Piemonte à Turin au printemps 2012.


Voici des photographies de cette exposition que m'a envoyées Armando :




Consiglio regionale del Piemonte, Torino, 2012.



J'y ajoute pour le plaisir cette illustration tirée du catalogue. 



Léonard de Vinci : la vis et... le tire-bouchon ?


Le texte évoque en effet l'hypothèse formulée par Ottilia Munarotti et attribuant à Léonard de Vinci une possible paternité du tire-bouchon ...


Armando a aussi joint à son envoi deux cartes postales, oeuvres d'Emilio Calcio, membre de l'Associazione Italiana Collezzionisti Cavatappi, et également membre apprécié du Club Français du Tire-Bouchon.

Je cite Armando :
"J’ai mis dans le paquet deux cartes postales : le sujet est une composition de tire-bouchons qui représente un visage (comme le peintre Arcimboldo faisait des visages composés de fruits et de légumes). 
Le sujet de la carte est une œuvre de notre membre Emilio Calcio, que tu peut-être connais comme membre de CFTB."



Carte postale réalisée par Emilio Calcio :
Mais qui se cache derrière l'ArciCavatappi ?


Un vrai plaisir !

Encore merci, amis Armando et Mariangela !



M


Voici ma fiche bibliographique :
















jeudi 26 février 2015

EBAYANA N° 83 : BID ON / MISEZ SUR : LADY LEGS, PERILLE, CHAMPAGNE TAP... ARTS DECO, MARQUETERIE BOULLE, BRONZE DE VIENNE... TALISKER, HIBIKI, BRUICHLADDICH...





*** Passez par EBAYANA : vous serez sur eBay ! ***
*** Use EBAYANA: you'll be on eBay! ***





Amis collectionneurs, bonjour !



Nous sommes le 26 février.

Victor Hugo est né le 26 février 1802.
Il l'évoque dans son poème "cultissime" : "Ce siècle avait deux ans."

Ce siècle avait deux ans ! Rome remplaçait Sparte, 
Déjà Napoléon perçait sous Bonaparte, 
Et du premier consul, déjà, par maint endroit, 
Le front de l'empereur brisait le masque étroit. 
Alors dans Besançon, vieille ville espagnole, 
Jeté comme la graine au gré de l'air qui vole, 
Naquit d'un sang breton et lorrain à la fois 
Un enfant sans couleur, sans regard et sans voix ; 
Si débile qu'il fut, ainsi qu'une chimère, 
Abandonné de tous, excepté de sa mère, 
Et que son cou ployé comme un frêle roseau 
Fit faire en même temps sa bière et son berceau. 
Cet enfant que la vie effaçait de son livre, 
Et qui n'avait pas même un lendemain à vivre,
C'est moi. (...)

Victor Hugo, ce monument ! 
Enfin, relativisons ... il y eut tout de même beaucoup moins de monde à son baptême qu'à ses obsèques !


Aujourd'hui 26 février 2015, naît mon 
EBAYANA N° 83 !
Mais connaîtra-t-il la gloire ??




EBAYANA, semaine après semaine, c'est pour vous :
- l'accès direct aux différents sites eBay, 
- le meilleur des sites eBay,
- des objets différents ou insolites,
- des tire-bouchons, des objets de curiosité et de belles bouteilles !

Dans cette sélection faite sur les différents sites eBay :
-  6 tire-bouchons ou "Best six",
-  6 objets de curiosité,
- 6 belles bouteilles ou lots : une sélection de grands whisky cette semaine
... à déguster avec modération ! 



Les liens ci-dessous sont actifs et doivent vous conduire sur eBay.
Et comme toujours les enchères se terminent au plus tard dimanche à minuit, heure de Paris.

Bonnes enchères !



M



BEST SIX :






































CURIOSITÉS :
















































ŒNOLOGIE :






















































*** Passez par EBAYANA : vous serez sur eBay ! ***
*** Use EBAYANA: you'll be on eBay! ***




lundi 23 février 2015

WHEN THE CORK BECAME THE WAY TO SEAL A BOTTLE ? / QUAND LE LIÈGE DEVINT-IL LE MOYEN DE BOUCHER UNE BOUTEILLE ?




Amis hélixophiles, bonjour !



Le monomaniaque que je suis se pose souvent la même question : 
Quand donc est apparu le tire-bouchon ?

La réponse semble simple : 
Le tire-bouchon est apparu ... dès qu'on a eu besoin de lui ! 
Une tautologie en somme...


Peut-être ?

Et peut-être aussi que pour trouver une meilleure réponse à la question posée, je devrais abandonner mon esprit trop rationnel et m'en remettre à quelque dieu ?
Dois-je rappeler qu'Alexandre Lainez avait déjà répondu pour sa part, attribuant l'invention au dieu Amour ?

Imaginez quelle tête vous feriez si je retrouvais demain le tire-bouchon originel, celui d'Adam, le premier tire-bouchon, l'ancêtre de tous les autres ? 
... Ce n'est pas réaliste, dites-vous ? 
... Je pense un peu comme vous !


Alors, à défaut, il faut bien en revenir à une approche plus scientifique. 
Au risque peut-être de mettre en oeuvre le principe d'indétermination d'Heisenberg et que la place de l'observateur (moi) influe sur la chose observée (le tire-bouchon) ?

Lançons-nous quand même !

La conjonction de l'utilisation de la bouteille pour conserver un liquide et d'un bouchon de liège forcé pour la fermer a rendu nécessaire le tire-bouchon, 
ce qu'on peut résumer par une magnifique formule scientifique :

Bouteille + bouchon => tire-bouchon


Nos recherches historiques doivent donc porter sur l'évolution des pratiques en matière de conservation, sur l'évolution des bouteilles et sur l'utilisation du bouchon de liège pour les rendre étanches. 


Concernant les liquides alimentaires : huile, bière, cidre, vin , eau..., les vrais changements à partir de la Renaissance ont été : 
d'adapter, malgré des réglementations contraires, les capacités des contenants aux modes de consommation, depuis le tonneau jusqu'à des bouteilles de formes et volumes stabilisés,
- et de maîtriser de mieux en mieux la conservation des produits dans ces récipients quasi stériles et étanches, ce que ne permettaient pas les flacons, pots ou cruches utilisés seulement pour le service de la cave à la table.


On le sait, la réponse a été apportée par Kenelm Digby, l'inventeur de la bouteille moderne en 1632.




Bouteille-oignon, première moitié XVII° siècle
Musée arts décoratifs Bordeaux.
Photo Institut National de Recherches Archéologiques Préventives.


On a déjà traité ici de la "révolution de la bouteille", ... cette formule est de Jean-Robert Pitte, in 
LA BOUTEILLE DE VIN
Histoire d'une révolution.
Cf. ma fiche bibliographique :
BIBLIOGRAPHIE N° 15 : Jean-Robert PITTE LA BOUTEILLE DE VIN, histoire d'une révolution





Il est cependant plus difficile de traiter du bouchon de liège.
La matière et la fonction sont connues depuis la plus haute antiquité...



"En outre, deux bouchons d'amphores en liège ont pu être prélevés. Cette matière organique constitue le véritable trésor du site, même si de l'un des puits, un petit « lingot » d'or pur, de près de 5 grammes, n'a pas échappé à la vigilance des archéologues."
(2° siècle après JC).
Fouilles de La Gagnerie à Limoges, 2009. Photo Institut National de Recherches Archéologiques Préventives.





A la lecture de cet article, Hajo Türler, m'a adressé un commentaire (Cf. ci-après) et deux photos illustrant l'usage du liège pour boucher les amphores dans l'Antiquité.

Voici ces photos, avec mes remerciements à Hajo :





Museo navale romano
à Albenga (Ligurie). Photos Hajo Türler.


Le bouchon de liège a été utilisé dès l'Antiquité pour obturer les amphores, mais son adaptation spécifique au bouchage des bouteilles à l'époque moderne reste un sujet d'étude.

Il faudrait pour cela remonter aux sources de l'industrie de la bouchonnerie, examiner le rôle des négociants anglais à l'époque dite moderne, s'intéresser à leurs circuits commerciaux ainsi qu'à leur accès aux ressources et aux traditions des régions méditerranéennes à la fois viticoles et subérales...

A défaut de pouvoir mener à bien ce travail, je peux au moins faire appel à la linguistique diachronique et repérer dans l'évolution de ma langue les glissements sémantiques témoignant de la prise en compte de cette nouvelle réalité : le bouchage des bouteilles au bouchon de liège forcé.
(Je pose en même temps l'hypothèse que les pratiques viti-vinicoles ayant évolué parallèlement dans les grandes régions européennes de production, les langues ont évolué de même et que ce qui vaut pour le Français vaut aussi pour les langues voisines.)



Dès lors, la question du jour peut être reformulée ainsi : 

A quelle époque le bouchon de liège est-il considéré comme le moyen de boucher hermétiquement une bouteille ?



Il faut pour la déterminer rechercher le mot bouchon dans les dictionnaires anciens et voir comment sa définition a progressivement évolué jusqu'à englober le sens restreint de bouchon de bouteille qui nous intéresse.


Ce sens restreint n'est pas encore consacré à la fin du premier tiers du XVII° siècle.







Ainsi, dans le dictionnaire "Invantaire des langues françoise et latine" par le Père Philibert MONNET, publié en 1635, on recense les acceptions suivantes du mot bouchon :

Page 145 : 
- Bouchon, etoupon, etoupillon, ce qui bouche un trou.
- Bouchon, trousseau, poignée de foarre, foin, paille, verdure.
- Bouchon de verdure pour anseigne, sur la porte d'un cabaret.
- Bouchon, petit boteau, poignée de foarre, de foin, ou paille, à bouchonner, torcher une monture.

Et aussi :
- Page 136 : Douzil, doizil, faucet, chevillette, petit bouchon à fermer le trou d'un fond d'un tonneau.
- Enfin, page 954 : Vertau, bondon, tampon, bouchon de mui, de tonneau.

Ce dictionnaire est contemporain de l'invention en 1632 de la bouteille moderne par Kenelm Digby. Pourtant le mot bouchon n'est jamais associé au liège ni utilisé spécifiquement pour désigner le moyen d'obturer une bouteille.
Rappelons d'ailleurs ici que Digby avait commencé par préconiser le bouchage de ses bouteilles au bouchon de verre émerisé.


Quelques décennies plus tard, l'usage du bouchon de liège pour obturer les bouteilles de vin conservées en cave se généralise pourtant.
Deux textes au moins, déjà cités sur ce blog, nous ont permis de le constater :
- Les éléments contextuels du poème d'Alexandre Lainez, "L'origine du tire-bouchon" montrent que le bouchon de bouteille est utilisé avant 1690. 
- Le texte même du "Nouveau voyage aux isles de l'Amérique"  de Jean-Baptiste Labat confirme cet usage avant 1697.


Et en 1701, le sens restreint de bouchon de bouteille apparaît dans le dictionnaire.







On le trouve dans le "Dictionnaire Universel contenant les Mots François" publié par Antoine Furetière en 1701 (mais la première édition de son essai pour un dictionnaire universel remonte à 1684) : même si le sens qui nous intéresse n'apparaît pas explicitement parmi les acceptions proposées pour le mot bouchon, il est sous-entendu dans la première proposition relative aux bouchons de liège d'Angleterre, ou de verre, lesquels empêchent que les esprits les plus subtils ne s'exhalent.







Et surtout, ce sens de "bouchon qui bouchoit une bouteille" se retrouve plus loin dans la définition des mots destoupper ou detoupper : 






"ôter l'étouppe, le bouchon qui bouchoit une bouteille ou un autre vaisseau. Il ne faut pas detoupper une bouteille, qu'on n'en boive aussi-tôt le vin"...


Concluons provisoirement que la linguistique nous a permis de situer dans la deuxième moitié du XVII° siècle l'utilisation fréquente du bouchon de liège pour obturer hermétiquement les bouteilles, du "bouchon qui bouchoit une bouteille".

Notons la bonne concordance avec l'invention de la bouteille moderne et poursuivons nos lectures pour améliorer notre datation.


Mais même ainsi, le sujet sera loin d'être exploré... et il faudra donc y revenir !



M



Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...